Festival Musical Arbanais

Description

Durant les étés 2019 et 2020, la paroisse a proposé une série de concerts musicaux donnés dans l’église de Giens.

En savoir plus

Le programme :
PROGRAMME DU FESTIVAL MUSICAL ARBANAIS SAISON 2021
Tous les concerts (sauf celui du 14 mai) sont à entrée et participation libres
Tous les concerts sont donnés à 21h en l’Église de Giens

14 mai Concert corse donné par Xinarca
Entrée 15 € gratuité en dessous de 12 ans
Xinarca vous propose un concert de chants corses accompagnés à la « cistre corse ».

« Mes sources sont les chants sacrés ainsi que les chants de montagne (Cantu Sacru et Cantu Nustrale) et, en amont des sources, les sons, les appels, les silences, les stations, les contemplations, les cris des bêtes, la façon de porter la voix de l’homme en montagne tels les anciens bergers. Ce n’est guère le chant “mare è sole” des années 50-60 qui me guide, mais plutôt l’invocation de la nature brute dans toute sa majesté et l’intériorité religieuse de l’homme au cœur du mystère de la Création. Une recherche de l’archaïque et du sacré à travers le chant profond et des compositions qui ne tendent pas à être fidèles à la Tradition dans sa forme, mais dans sa source, dans son énergie, son mystère primitif et sa puissance magique et incantatoire. Le “religere” de l’homme aux hommes et à la nature ».
« L’instrument — cistre corse à 16 cordes — était très populaire jusqu’au milieu du XIXe siècle. Il accompagnait chant et violon lors de veillées. Essentiellement de tradition orale, il avait quasiment disparu de la mémoire collective corse jusque dans les années 1980 où la conscience affirmée d’une spécificité culturelle a permis le reaquistu. Dans l’état des recherches, le dernier homme qui en jouait était forgeron. Il s’est éteint en 1934 : Luiggi Succi. Avec lui s’est éteinte la tradition. Il ne reste aujourd’hui que très peu d’instruments d’époque. Celle dont je joue est connue sous le nom de Cetera d’Oletta. Elle a 200 ans et c’est la seule cetera d’époque actuellement jouée (une autre cetera d’époque en état de jeu est visible au Musée des Arts et Traditions populaires de Corte). »

12 juin : concert donné par la chorale Helianthis sous la direction de Rosen Hristov
Participation libre
Le chœur Helianthis a fêté en 2019 ses 10 ans. Cet ensemble vocal d’une trentaine de personnes est basé à la Valentine et se produit à Marseille, en Provence – Festival d’Orgue de Carnoux, la Penne sur Huveaune, Carry le Rouet, Simiane Colongue et dans les Alpes de Haute Provence pour ne pas citer d’autres. Il est dirigé avec sensibilité et attention par Rosen Hristov organiste, professeur au conservatoire de Marseille, et compositeur. Il a fait ses études musicales dans son pays d’origine, la Bulgarie et s’est perfectionné à Marseille. Le répertoire du chœur est varié (classique, jazz et musique traditionnelle) et englobe tout le répertoire du Moyen Âge à nos jours avec des nombreuses créations. La signature de la chorale est son accent tout particulier pour la liturgie orthodoxe.
Au programme :
PURCELL sacré et profane
FAURÉ sacré et profane
KODALY sacré
HRISTOV sacré et profane

Vendredi 18 juin : concert donné par l’ensemble vocal Cantinella
Participation libre
L’ensemble vocal cantinella « Cantinella vous enchante ! » Ce concert présentera un programme d’œuvres classiques écrites par des compositeurs du XVIème au XXème siècle, et des gospels. Il nous permettra de partager des émotions, de retrouver la joie de chanter, à travers une grande variété de styles musicaux.

Vendredi 25 juin : Concert « En Viagi » donné par le groupe « Leï Tulipan »
Participation libre
« Leï Tulipan » est un ensemble de musiciens de tout âge qui interprète de la musique à écouter ou à danser, provençale… ou pas, occitane… ou pas, traditionnelle… ou pas, et des compositions originales, mêlant tradition et actualité. L’essentiel est de faire vivre notre instrument au 21° siècle !
Nos galoubets-tambourins sonorisés sont entourés par d’autres instruments acoustiques, saxophone, clarinette, flûte et accompagnés d’une rythmique complète, batterie, basse guitare piano. Les arrangements « sur mesure » sont dynamiques, surprenants et actuels.

Dimanche 4 juillet : concert donné par « jeunes talents en lumière »
Participation libre
Concert donné par « JEUNES TALENTS EN LUMIERE » : Les jeunes sont l’avenir de ce monde ! Parmi eux, certains ont un talent, une sensibilité unique qui fait du bien, ils travaillent la musique depuis tout petits à contre- courant des modes. En ces temps de confinement, ils n’ont pas eu l’occasion de participer à des projets pour offrir au public leur lumière, ils ont été secoués par l’absence de place culturelle dans ce monde 2020/2021 et méritent qu’on leur redise qu’ils sont essentiels pour semer la Beauté et tisser des liens de paix par leur musique. Aujourd’hui et demain.
6 jeunes de 11 à 17 ans issus des conservatoires vous proposent de vous enchanter, de vous émerveiller autour d’un programme de musique classique original et varié.
Au piano, au violon, à la flûte ou au saxophone, seul ou en duo, ils vous surprendront de leur grande maturité et virtuosité ! Leur donner une place au sein du festival était aussi croire en l’avenir de la culture et s’engager pour demain… Venez les encourage et les applaudir ! Vous serez sans aucun doute séduits et admiratifs !
Les musiciens :
Clémence et Amélie, flûte traversière
Aline, violon
Antoine et Etienne, piano
Nathaël, saxophone »
Au programme, ces jeunes nous feront visiter des compositeurs aussi variés que :
Bach, Haendel, Mozart, De Falla, Monti, Faure, Iturralde, Djawadi, Glazounov, Galliano et Piazzolla. Un beau mélange des genres !!!

Vendredi 9 juillet : concert donné par le Trio Artie’s : violon/violoncelle/accordéon
Participation libre
Gauthier Herrmann Mathilde Borsarello Herrmann Pierre Cussac
Violoncelle violon accordéon
Artie’s, une aventure musicale née en Inde, une idée du violoncelliste Gauthier Herrmann : jouer avec les personnes qu’il aime… tout simplement !
Artie’s, un savoir-faire, une structure unique capable de construire avec vous et pour vous, particuliers, théâtres, salles ou sites touristiques, des festivals, des concerts ou des événements sur mesure, du trio dans votre salon à l’orchestre dans votre salle de concert…
Artie’s, une rencontre avec le spectateur, novice ou mélomane, un partage convivial, spontané et généreux avec les musiciens d’Artie’s.
Artie’s, une famille, un collectif international de musiciens confirmés, passionnés par la musique de chambre, engagés dans des concerts uniques riches d’une proximité joyeuse avec le public, de l’Inde à la Corse, de Djakarta à Paris, de Pékin à… chez vous ?
Le programme :
Lehar : Valse de la Veuve joyeuse
Schubert : Standchen
Gershwin : Improvisation
N. Rimsky-Korsakov : hant hindou
P. Cussac : Pot pourri de valses Françaises
Monti : Czardas
Tchaikovsky : Pezzo Capriccioso, Valse sentimentale
Puccini : Intermezzo de Manon Lescaut
Chants traditionnels bulgares…
A. Piazzolla : Ave Maria, Oblivion, Tango

Lundi 12 juillet : concert donné par la « camerata vocale » au programme : L’Amour de Moy
Participation libre
La Camerata Vocale est née en 2000 d’une rencontre entre un petit groupe de chanteurs et Robin Boyle, chef de chœur issu du King’s College de Cambridge.
Après plusieurs années sous la direction de Daniel Jublin et Philippe Arakélian, elle est dirigée depuis 2009 par Adèle Pons. Avec ce chef, le chœur aborde un répertoire varié et exigeant, allant de la Renaissance à la période contemporaine, privilégiant l’originalité et l’émotion. Les programmes sont toujours construits autour d’une thématique, afin de proposer un axe d’écoute au public.
L’ensemble alterne des productions a cappella avec des formes plus ambitieuses, en s’associant à des ensembles instrumentaux.
Ce chœur de chambre, qui compte aujourd’hui une vingtaine de membres, se forge ainsi au fil
des saisons une identité reposant sur l’allaince de la qualité et de l’accessibilité, tout en explorant de nouveaux modes d’expression.
Le programme L’Amour de Moy est un florilège de thèmes populaires issus du répertoire de la renaissance française et entrés peu à peu dans la tradition de la chanson enfantine (Nous n’irons plus au bois, V’la l’bon vent, Le Roi a fait battre tambour…).
Certaines pièces sont des arrangements déjà existants. D’autres ont été arrangées, à la demande de La Camerata, par des compositeurs issus de la région PACA (Etienne Desaux, Stephan Nicolay, Sébastien Maillot). Leur travail apporte une modernité et de nouveaux éclairages à ces refrains familiers.
Le programme L’Amour de Moy se compose de thèmes populaires issus du répertoire de la renaissance française et entrés peu à peu dans la tradition de la chanson enfantine (Nous n’irons plus au bois, V’la l’bon vent, Le Roi a fait battre tambour…).
Certaines pièces sont des arrangements déjà existants. D’autres ont été arrangées, à la demande de l’ensemble, par des compositeurs issus de la région PACA (Etienne Desaux, Stephan Nicolay, Sébastien Maillot). Leur travail apporte une modernité et de nouveaux éclairages à ces refrains familiers.

Vendredi 16 juillet : « Le piano romantique »concert de piano donné par Stéphanie Salmin
Participation libre
Stéphanie Salmin est diplômée du Conservatoire Royal de Musique de Mons avec la plus grande distinction ; diplômée de la Hochschule der Künste de Berne (diplôme de soliste) et graduée de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.
Elle fut première lauréate de quelques concours comme le Grand Concours International de Piano (Paris), le Concours Jeune Talent (Manage), le Concours André Dumortier (Leuze), le Concours Belfius Classics (Bruxelles), le Concours Excellentia (Bruxelles). Elle fut également élue par sa ville « Namuroise de l’année » et a été lauréate des Fonds Thirionet.
Elle obtient également de nombreuses distinctions avec le Duo Solot qu’elle a formé pendant 10 ans. Le Duo est lauréat en 2010 du Concours International de piano à quatre mains de Valberg (France). En 2016, le Duo obtient le prix du Public au Festival des Nouveaux Talents à Villers-sur-Mer (France) et obtient le prix des Jeunes au Concours des Projets Pianistiques d’Evian (France) pour le spectacle « Cinéma à quatre mains ».
Stéphanie Salmin enseigne le piano au Conservatoire Balthasar-Florence de Namur.
Au programme :
Davidsbundlertanze op. 6 de R.Schumann
Les danses des membres de la Confrérie de David op.6 sont une suite de 18 pièces qui reflètent l’état d’âme et la personnalité de Schumann. Au-delà de la danse, ce sont des poèmes, parfois dansants, parfois lyriqus, ou encore méditatifs, tendres, capricieux… Cette suite exprime également les luttes personnelles que Schumann a rencontré pour épouser Clara Wieck.
Ballade op 52/4 de F.Chopin
De caractère lyrique, épique et dramatique. Chopin se laisse aller à une forme plus libre mais avec en réalité une structure bien établie qui donne une véritable cohésion à ces magnifiques pages. Cette dernière ballade est un des sommets de l’écriture harmonique chopinienne, et un des grands chefs-d’œuvre du répertoire pianistique romantique.
Paraphrase de concert « Rigoletto » de Verdi de F.Liszt
Paraphrase de concert « Il Trovatore » Miserere de Verdi de F.Liszt
Liszt reprend des thèmes d’opéras de Verdi pour en faire des pièces pianistiques très brillantes qui déploient toute la richesse des couleurs du piano.

Lundi 19 juillet : Concert de musique des Andes par l’ensemble Sueño Andino
Participation libre
L’ensemble musical « SUENO ANDINO » compte une dizaine de musiciens (guitares, charango, cuatro, flûtes de pan et autres flûtes Andines, bombo).
Ils jouent et chantent bénévolement de la musique traditionnelle des Andes, en partenariat avec « Andes fertiles », association d’aide aux paysans boliviens et sous la direction de Gérard Chauvel, avec joie et passion.

Vendredi 23 juillet : Le quatuor Quatuor Psophos donnera « les sept paroles du Christ en croix » de Joseph Haydn
Participation libre
Lauréat des concours internationaux d’Osaka, Vittorio Gui de Florence et de Londres, le Quatuor Psophos a reçu l’enseignement du Quatuor Ysaÿe à Paris et de Walter Levine à Bâle. Outre de nombreuses rencontres musicales au sein de l’association ProQuartet, il a pu bénéficier des conseils de maîtres tels que György Kurtag, Hatto Bayerle ou Tainer Schmidt.
Premier quatuor français sélectionné de la prestigieuse New Generation Artists de la radio BBC 3 à Londres, il se produit chaque année dans de grandes salles comme le Concertgebouw d’Amsterdam, la Cité de la Musique à Paris, le Wigmore Hall de Londres, le Mozarteum de Salzbourg et est invité dans les festivals les plus prestigieux parmi lesquels le City of London Festival, Les Folles Journées (Nantes, Japon, Lisbonne), le festival Musica à Strasbourg, le Festival de l’Epau, l’Orlando Festival aux Pays-Bas ou encore le Festival de Radio-France et Montpellier Languedoc-Roussillon.
Le quatuor Psophos aime partager la scène avec des artistes comme Cédric Tiberghien, Jean-Marc Luisada, Pascal Moragues, Xavier Phillips, Torleif Thedeen, Dana Ciocarlie, Isabelle Moretti, Nicholas Angelich, le Quatuor Lindsay, Gautier et Renaud Capuçon.
Il est également le partenaire privilégié de compositeurs tels que Nicolas Bacri et Marc Monnet dont il a assuré régulièrement la création d’œuvres. Il a eu l’honneur d’être invité à Cardiff pour jouer le quatuor Ainsi la nuit d’Henri Dutilleux en présence du compositeur.
Mathilde Borsarello Herrmann, violon
Bleuenn Lemaitre, violon
Cécile Grassi, alto
Guillaume Martigné, violoncelle
Philippe Le Pivain, récitant
Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix :
1785 : connu de toute l’Europe et âgé de 53 ans, Haydn reçoit une commande d’un chanoine de l’Eglise de Santa Cueva à Cadix pour une célébration du Vendredi Saint. Le discours musical devait suivre précisément le déroulement de la cérémonie, qui alternait la lecture des 7 Paroles suivie d’un sermon de l’évêque et la musique, purement instrumentale qui intervenait dès la fin de ce sermon.
1787: l’œuvre est créée. Une version pour quatuor à cordes ainsi qu’une autre pour piano, approuvée par le compositeur, voient également le jour. Une dizaine d’années plus tard, Haydn entend un arrangement en oratorio réalisé par le maître de Chapelle Joseph Friberth.
1796 : aidé par le futur librettiste de La Création et des Saisons, il réalise sa propre version oratorio des Sept Dernières Paroles du Christ, tant d’un point de vue textuel que musical.

Vendredi 30 juillet : Concert piano violoncelle avec Antoine Simon et Clara Germont
Participation libre
Clara Germont est une jeune violoncelliste française. Diplômée des plus grandes écoles européennes, 2eme prix du concours international Alexandre Glazounov, elle se qualifie comme « électron libre », vaquant entre la musique de chambre, le solo, la musique actuelle, l’orchestre… Elle a eu l’occasion de jouer dans de nombreux festivals en France, en Europe et jusqu’à Rio de Janeiro.
Elle a eu la chance d’être sélectionnée pour faire partie de l’académie Jaroussky, (Promotion Mozart) à la Seine Musicale, où elle a fait de belles rencontres musicales, dont Antoine Simon.
Après avoir étudié avec Philippe Muller, elle se perfectionne au conservatoire de Paris dans la classe d’Helene Dautry, puis à la Hochschule der Künste de Bern auprès d’Antonio Meneses.
Actuellement, elle est titulaire d’une bourse de la fondation de France Sylvaine Pillet pour étudier à l’école normale supérieure de paris auprès d’Henri Demarquette.
Antoine Simon découvre le piano à l’âge de 5 ans. Il se forme auprès d’Antoine Bouvy dès 2002 et donne son premier concert deux années plus tard. Il entre en 2007 à la Schola Cantorum dans la classe d’Igor Lazko dont l’enseignement lui permet d’intégrer la classe de Frank Braley au Conservatoire National Supérieur de Paris, où il reçoit également les préceptes de Marc Coppey et Bertrand Chamayou en musique de chambre.
Il s’est notamment produit à la salle Cortot, dans le cadre du festival Liszt à travers le temps, ainsi qu’à la salle Gaveau. A l’été 2013 et 2014, il a été invité à se produire comme soliste avec l’orchestre de chambre de Daugavpils en Lettonie.
Il travaille régulièrement avec de nombreux chœurs franciliens, ainsi qu’avec l’association Les Concerts de Poche en qualité d’arrangeur, d’accompagnateur et d’intervenant.
Fasciné par le monde des arts et son contenu spirituel depuis son enfance, il cherche à aborder un répertoire à haute teneur poétique, où la matière sonore peut s’épanouir totalement, ce qui le pousse à aborder un répertoire extrêmement large ainsi que la composition et la direction d’orchestre.
Son approche a ainsi été récompensée à plusieurs reprises, au Concours International de Nice 2010, au Concours International S.A.R Lalla Meryem de Rabat en 2014, au Concours International Jean Françaix de Vanves en 2015, à l’académie de Flaine 2011 lors de laquelle il a obtenu le Prix du public.
En 2015, il est l’heureux lauréat de la fondation Oriolis qui lui décerne une bourse d’études.
En Juin 2016, il est invité à se produire lors de la journée d’ouverture du festival Chopin dans l’Orangerie du Parc de Bagatelle : « 8 jeunes pianistes jouent Chopin »
Programme : La pièce phare du concert sera la sonate de Rachmaninov pour violoncelle et piano. Des morceaux de Gabriel Fauré seront également interprétées. Les musiciens joueront aussi en solo des pièces composées pour leur instrument.

Vendredi 6 août : Concert Violon, Guitare, Violoncelle « Passion latine »
Participation libre
Le programme « passion latine » comprend des œuvres de compositeurs tels que Astor Piazzolla, Manuel De Falla, Heitor Villa-Lobos et retranscrites pour notre formation.
Violon : Laure Monti
Guitare:Pascal Polidori
Violoncelle:Eric Courrèges
Laurence Monti débute le violon au Conservatoire National de Région de Nice à l’âge de sept ans.
Sitôt diplômée, elle tient le poste de violon solo à l’orchestre franco- allemand avec lequel elle effectue de nombreuses tournées en Europe.
Sa rencontre avec Aaron Rosand ( Curtis Institut de Philadelphie) sera déterminante.
Elle entre au Conservatoire National Supérieur de musique de Lyon et obtient son diplôme d’études supérieures ainsi qu’un premier prix de violon à l’unanimité.
Dès le début de sa carrière, la musique de chambre et la création artistique tiennent une place importante. Avec le sextuor à cordes A.I.E.C, elle est invitée dans de nombreux festivals de musique classique notamment au festival d ‘Avignon pour une création contemporaine et avec l’ensemble Forum sur invitation de la Villa Médicis et de la R.A.I, elle collabore à la création d’oeuvres de Durieux, Jarrell, Devilliers, compositeurs en résidence.
Elle effectue des séries de concerts au sein du Chamber Orchestra of Europe, dirigé par Claudio Abbado, Nikolaus Harnoncourt.
En 1994, elle entre à l’Opéra de Paris .
Elle se produit régulièrement en France et à l’étranger ( U.S.A, Lybie, Israël ,Malte,La Réunion, Emirats Arabes, La Roque d’Antheron…). Son intérêt pour la pédagogie la mène tout naturellement vers l’enseignement au conservatoire de musique de Cannes et de Toulon.
On la retrouve sur scène pour des concerts lecture notamment avec Samuel Labarthe, Marie-Christine Barrault, Patrick Poivre d’Arvor.Deuxième violon solo à l’opéra de Marseille, elle obtient en 2007 le poste de violon super soliste de l’Opéra de Toulon.
Laurence Monti joue un violon de Nicolas Lupot de 1798.
Pascal POLIDORI ​après un premier prix de guitare au Conservatoire National de Région de Nice, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’Alexandre Lagoya d’où il sort trois ans plus tard avec un premier prix premier nommé. La puissance et la qualité de sa sonorité, sa maîtrise technique et sa culture musicale font de Pascal Polidori, de l’avis du public et de la critique, l’un des dignes successeurs de Lagoya qui a dit de lui : « Pascal Polidori m’a comblé avec un merveilleux premier prix grâce à un brillant talent aussi bien sur le plan technique que sur le plan esthétique ». Pascal Polidori poursuit sa carrière en perpétuant tant au concert que par son enseignement, le rayonnement de la grande école française de guitare initiée par Lagoya. Avec ses partenaires habituels, le guitariste Vianney Rabhi (avec lequel il forme le seul duo composé de deux premiers prix du CNSM de Paris) et le flûtiste Philippe Depetris, mais aussi en soliste ou en récital, Pascal Polidori donne plusieurs centaines de concerts en France et dans plus de trente pays. Concertiste renommé, il joue régulièrement dans les festivals de musique en France et à l’étranger. Il est aussi un pédagogue reconnu pour la qualité et la valeur de son enseignement qu’il prodigue au conservatoire d’Antibes et au Conservatoire National de Région de Nice ainsi que lors de nombreuses masters classes en France et à l’Etranger.
Éric COURREGES, artiste français, il fait partie des violoncellistes les plus appréciés de sa génération. Soliste de l’orchestre Philharmonique de Montpellier puis de l’Orchestre Symphonique d’Europe et de l’Orchestre des Concerts Lamoureux il joue également dans des formations telles l’Opéra de Paris et l’Orchestre National de France sous la direction de grands chefs d’orchestres comme Lorin Mazel et SeijiOsawa.
Il se produit en soliste et en musique de chambre dans de nombreux festivals en France, Corée, Japon, Israël, Turquie, Italie, Espagne, Tunisie, Norvège, Allemagne, Tahiti, Nouvelle Calédonie, Mexique avec comme partenaires Erik Berchot, DimitrisSaroglou, Georges Pludermacher, Florent Audibert, Olivier Charlier, Philippe Bride, Saskia Lethiec, Vadim Tchijick, Vincent Lucas, Karine Deshayes, Delphine Haidan. Eric Courrèges a joué au sein de l’ensemble 2E2M, l’ensemble Calliopée et du quatuor Hermarque dont il est le fondateur.
Parmi ses enregistrements, un disque de l’intégrale des Suites pour violoncelle de J.S. Bach. Depuis 18 ans, parallèlement à sa carrière de musicien, Eric Courrèges est directeur artistique de nombreux festivals Français : Festival de Musique des Chapelles, Festival Gloriana, Les Musicales d’Orgeval Eric Courrèges joue sur un violoncelle allemand de 1770

Lundi 16 août : Concert de musique russe donné par le groupe « Kalinka »
Participation libre
Le groupe folklorique KALINKA a été créé à Marseille en 1992, par 2 musiciens originaires de Russie.
À l’heure actuelle, cette formation compte 4 – 5 artistes professionnels habillés en costumes typiques, utilisant des instruments de leur pays (violon tzigane, mandoline russe, etc.), jouant et chantant les musiques traditionnelles et populaires de Russie, mais aussi des chants tziganes, ukrainiens, slaves, hongrois, comme : Les bateliers de la Volga, les yeux noirs, Csardas de Monti, deux guitares, Kazatchok, et beaucoup d’autres, sans oublier quelques morceaux classiques
Le groupe se produit régulièrement dans des festivals de folklore, lors des journées à thème et soirées dans différentes communes de Provence, dans les églises et des salles de concert.
Concert de musique folklorique Russe et de musique napolitaine :
Première partie : chants italien napolitain et siciliens
Deuxième partie : folklore russe et tsigane

Vendredi 20 août : Concert : duo harpe et guitare donné par « Corde 53 ».
Participation libre
À la guitare : Jean-Emmanuel Riccio et à la harpe Thaïs DUHAUTOIS.
Très jeune, Jean-Emmanuel Riccio est attiré par la guitare classique. Il intègre le CNRR de Nice où il se voit décerner un premier prix de guitare à l’unanimité dans la classe d’Henry ROTIGNY. Il obtient également un prix de perfectionnement dans ce même conservatoire. Parallèlement à son cursus il est lauréat de plusieurs concours comme le Concours National du jeune musicien de Lempdes, le Concours National de l’UFAM ou le concours international Heitor Villa-Lobos. Professeur de guitare au Conservatoire de musique de Draguignan et à l’école municipal de musique de saint André de la Roche ; il se produit régulièrement en concert.
Enfant, Thaïs DUHAUTOIS a débuté ses études musicales dans le sud-est de la France avant de poursuivre au CNRR de Lyon dans la classe de M. Christophe TRUANT où elle décroche un premier prix à l’unanimité, puis un prix de perfectionnement également à l’unanimité. Elle intègre ensuite sur concours le conservatoire supérieur de Genève (HEM) dans la classe de Florence SITRUK où elle obtient les masters de concert et d’enseignement. Professeur de harpe au conservatoire de Draguignan, elle multiplie les expériences musicales, se produisant en concert, au sein de différentes formations de musique de chambre ou d’orchestre aussi bien qu’en récital.
Corde 53, harpe et guitare vous invite à un voyage musical aux couleurs d’Espagne.
Au programme, Granados, Albeniz , Tarrega et Ferrer… entre autres.

Vendredi 27 août : Concert donné par le “trio A Chord”
Participation libre
Au violon : Camille VINCENT et Marc OLIVIER
À l’accordéon : Sabine PEROUMAL
Basé dans la région Provence Alpes Côte d’Azur, le trio A Chord réunit trois musiciens de forte personnalité. Il comprend deux violons et un accordéon.
Ensemble atypique autant que déroutant, il aborde un répertoire varié allant de la musique baroque aux airs traditionnels, en passant par la musique de film. Une variété de pièces qui vous permettra de voyager aux 4 coins du globe.
Comment découvrir l’accordéon autrement ?
Vous en avez ici la réponse. Les a priori sur ce si bel instrument s’envolent dès les premières notes tandis que les violons se mêlent à ces sonorités éclectiques pour ne former qu’un ensemble homogène et novateur.
Les timbres se rencontrent et se métamorphosent. Orgue, Orchestre ? … Non, trio !

Vendredi 3 septembre : concert donné par le quatuor Andréa
Participation libre
Le quatuor Andrea est né en 2018 du désir de quatre concertistes d’unir leurs expériences internationales pour offrir le plus beau des répertoires : celui pour quatuor à cordes.
Ils reviennent cette année avec un programme réunissant deux chefs d’oeuvres: tout d’abord le quatuor Rosamunde de Franz Schubert au caractère introspectif et mélancolique, et baigné par l’esprit du lied. Ce programme se poursuivra avec le quatuor de Maurice Ravel, oeuvre de jeunesse et déjà coup de maître, dont Claude Debussy dira : « Au nom des dieux de la musique et au mien, ne touchez à rien de votre quatuor ! ».

Vendredi 10 septembre : René Benedetti nous revient cette année avec des pièces de Schubert, Paganini
Participation libre
René Benedetti au violoncelle
Jean-Marc Betuel au violon.
Alexis Rojansky à l’alto
Raymond Gratien à la guitare
Au programme :
Un quatuor pour flute (interprété au violon), guitare, alto et violoncelle de Schubert.
Accepté comme boursier à la chapelle de la cour, après un brillant examen d’entrée, Franz Schubert (1797-1828) reçut dès l’âge de 11 ans une instruction gratuite au Stadtkonvikt à Vienne. Peu chanceux dans le domaine de l’opéra, il obtint une vaste audience dans celui du lied allemand. Compositeur indépendant, il ne put subsister de ses propres compositions. A cela s’ajouta ses déboires avec les éditeurs. Il trouva refuge dans un cercle étroit d’amis d’où naîtront les « Schubertiades », réunions amicales pour lesquelles Schubert composa de nombreuses oeuvres de musique de chambre.
Vienne, à cette époque, connut un grand engouement pour la guitare. Giuliani et Diabelli, principal éditeur de Schubert, y brillaient par leur oeuvre. Guitariste amateur, Schubert réécrit le Notturno pour flûte, alto et guitare de Wenzel Matiegka sous la forme d’un quatuor pour guitare, flûte, alto et violoncelle en Sol D.96. Le recueil de lieder La Belle Meunière fut édité la première fois pour voix et guitare tant la guitare était à la mode auprès des amateurs.
Cantabile de Paganini : une pièce pour guitare et violon
Puis d’autres pièces pour alto et violoncelle.

Dimanche 19 septembre : Concert de musique baroque et classique donné par l’ensemble instrumental « da Camera » et baryton
Participation libre
Patrice BARSEY André ROSSI François OLIVIER de SARDAN Jean-Christophe MAURICE
hautbois orgue violoncelle baryton-basse
L’Ensemble Instrumental « Da CAMERA » est un ensemble à géométrie variable, créé en 2000 sous l’impulsion d’André ROSSI et François OLIVIER de SARDAN. Il propose des concerts en formation de musique de chambre, cordes, voix, et vents. Pour ce soir, nous vous invitons à une promenade musicale de l’esthétique baroque au romantisme en passant par le classicisme.
ANDRÉ ROSSI, organiste, claveciniste, improvisateur, compositeur. Après des études de piano à l’académie Régionale de Marseille, André ROSSI entre au Conservatoire National de Région de sa ville. Il reçoit également les conseils de Jean LANGLAIS à la Schola Cantorum de Paris et ceux de Pierre PERDIGON au Conservatoire National de Région de Grenoble. Très attiré par la littérature pour orgue de l’époque Renaissance et Baroque, il reçoit l’enseignement de Jan Willem JANSEN dans la classe de clavecin et d’orgue du département de musique ancienne du CNR de Toulouse.
Patrice BARSEY, hautbois, cor anglais. Après ses études au Conservatoire National de Région de Marseille où il obtient une médaille d’or de hautbois, cor anglais et musique de Chambre, il se perfectionne auprès d’Alain Denis, Cor anglais solo à l’Orchestre de Paris.
Jean-Christophe MAURICE, baryton-basse a effectué ses études musicales et vocales sous la direction de Marcel MARQUESTE, tout en poursuivant des études supérieures. Au Mozarteum de Salzburg, il est sélectionné pour participer aux cours d’interprétation dans la classe de Hans HOTTER. Il a également reçu les conseils de Georges SEBASTIAN, Claude HELLFER, Luigi ALVA et Élisabeth SCHWARZKOPF. Lauréat de la Fondation de France, Jean-Christophe MAURICE s’est vu décerner le prix musical d’interprétation OULMONT. Actuellement, Jean-Christophe MAURICE dirige l’école municipale de musique de Carry-le-Rouet et enseigne le chant lyrique à Marseille et dans la région. Il assume également des fonctions de chef de chœur auprès du Chœur CARRYSSIMO.
François OLIVIER de SARDAN, violoncelle. Après ses études au Conservatoire National de Région de Marseille dans les disciplines violoncelle, piano et contrebasse, il entre très jeune à l’opéra de Toulon en tant que violoncelle solo, poste qu’il gardera jusqu’en 1999.
Il est professeur de violoncelle à l’EMMA de La Garde et de Hyères, depuis la création de l’agglomération TPM il a assuré plusieurs postes administratifs au sein du nouveau conservatoire. Dans ce même établissement depuis 2009, il dirige le site du Pradet et celui de Carqueiranne depuis janvier 2018.

Samedi 25 septembre : Mozart, Vivaldi et Marcello sont au programme du concert donné par l’ensemble instrumentale de Toulon et du Var avec la participation du chœur Kalliste
Participation libre
Ensemble Instrumental de Toulon et du Var (EITV)
L’Ensemble Instrumental de Toulon et du Var a été créé en 1961 par Georges BOUISSON. Solange DESSANE, ancienne professeur de violon au Conservatoire et à l’Ecole Normale de Musique de Paris, anime et préside l’orchestre depuis de nombreuses années. La Direction musicale de l’Ensemble Instrumental est assurée par René-Pierre FAEDDA.
L’E.I.T.V est formé de professionnels accomplis, d’amateurs et d’élèves de Conservatoires ou d’écoles de musique du Var qui profitent ainsi d’une possibilité de parfaire leur apprentissage de musiciens d’orchestre.
Chœur de chambre KALLISTE
Constitué en 1995 par le regretté Henri Tiscornia, le chœur de chambre est partiellement issu du grand chœur « Clair Matin », pour les choristes souhaitant se consacrer à des œuvres plus intimistes et requérant une technique vocale différente de celle mise en place par le grand chœur. Après le décès de Henri Tiscornia (2014), c’est Régine GASPARINI, cheffe de chœur et soliste soprano renommée, qui a pris la direction musicale et la conduite de l’ensemble vocal, fort d’une trentaine de choristes.
René-Pierre FAEDDA, direction
Après une formation très complète de musique au conservatoire de Toulon, puis à l’Ecole Normale de Musique de Paris, et des études de piano avec André Millecam et Annie d’Arco, il enseigne le piano à Briançon, puis au Conservatoire National de Région de Toulon, où il travaille aussi la direction d’orchestre sous la férule de Lucien Jean-Baptiste. Il dirige régulièrement l’Ensemble Instrumental de Toulon et du Var avec lequel il est amené à accompagner des solistes prestigieux (Jean Guillou à l’orgue, Manfred Stiltz au violoncelle notamment) et à réaliser des créations contemporaines. Au CNRR de TPM, il est professeur de piano, chargé de l’orchestre d’élèves 3° cycle et conseiller aux études. Il est aussi compositeur (pièces pour chœur, notamment).
Au programme :
Le cinquième concerto de Mozart pour violon et orchestre K 219 en la majeur dit « turc » de Mozart, connu notamment pour son troisième mouvement qui lui a donné son surnom : un passage fougueux aux accents populaires qui s’ajoute au caractère captivant de l’œuvre entière
Deux sonates d’église avec orgue et le « exultate jubilate » de Mozart.
Le Concerto en Do majeur RV 444 pour flautino (flûte à bec piccolo) et cordes de Vivaldi.
Le Concerto en Ré mineur pour hautbois et cordes de Marcello Benedetto.

Types

  • Culture

Thèmes

  • Divers musique

Catégories

  • Festival

Prestation

Tarifs

Complément de tarif : 15€

Ouverture

Du 18/06/2021 au 25/09/2021
  • Le LUNDI à partir de 21:00:00
  • Le MARDI à partir de 21:00:00
  • Le MERCREDI à partir de 21:00:00
  • Le JEUDI à partir de 21:00:00
  • Le VENDREDI à partir de 21:00:00
  • Le SAMEDI à partir de 21:00:00
  • Le DIMANCHE à partir de 21:00:00

Localisation

Festival Musical Arbanais

Itinéraire

Coordonnées

Festival Musical Arbanais

Eglise de Giens
Place Saint Saint Pierre
Giens
83400 Hyères